19 septembre 2009

homélie du 25ème dimanche du temps ordinaire année B

Ecouter la parole du seigneur ne peut pas nous laisser indifférent.

C’est Dieu lui-même qui nous parle dans les saintes écritures que nous entendons à chaque rassemblement liturgique ou personnellement dans un temps de prière et de méditation.

Cette parole de Dieu est chemin de vie, de bonheur.

Elle est boussole pour le croyant.

Certes, parfois cette parole nous brosse dans le sens du poil, nous réconforte, nous réchauffe

Mais parfois elle nous décape, nous interpelle, nous refroidit.

Cette parole est là pour nous rendre meilleur, nous rendre vivants, nous rendre davantage aimant.

Cette parole nous est donnée, servie, apprétée sur une table…

on parle de la table de la parole,

Matérialisée dans l’espace par l’ambon, le lieu où repose le livre des Ecritures.

A cette table vient s’associer la table de l’eucharistie, matérialisée dans l’espace par l’autel, le lieu où l’on dépose le pain et le vin, devenant le corps et le sang du Seigneur pour la gloire de Dieu et le salut du monde.…

Des théologiens parlent même aujourd’hui d’une troisième table, en plus de la table de l’eucharisitie et de la parole.

On parle de la table de la charité ou de la fraternité, matérialisée par nous-mêmes, nos personnes, nos cœurs, le lieu où sont déposés la Parole et le pain consacré qui servent d’énergie pour que la charité soit effective.

Ce dimanche, les textes bibliques alimentent, fournissent particulièrement cette table de la charité, de la fraternité.

La parole servie aujourd’hui nous appelle à l’ouverture, au décentrement de nous-même, à quitter notre égocentrisme, à l’accueil de l’autre dans sa différence.

L’extrait de la lettre de saint Jacques, appelle à la paix, à la concorde

l’extrait de l’évangile de Marc appelle à l’humilité, à l’accueil.

ces extraits nous guident pour un mieux vivre ensemble,

mieux vivre ensemble avec nos proches

mieux vivre ensemble avec le Christ lui-même.

Le mot « ensemble » est important… il est le contraire de l’ EGO, du « MOI JE », que dénonce Jacques et le Christ.

C’est la limite de l’homme qui a tendance à se définir par un MOI JE plutot que par un AVEC LES AUTRES, POUR LES AUTRES.

Chaque jour est un combat pour se tourner vers les autres, se tourner vers Dieu,

en vérité, dans la simplicité.

Nous avons vite la tentation de nous replier sur nous même, de nous survaloriser, de vouloir ce que possède les autres, de ne pas nous contenter de ce que nous avons, de chercher plus…

Jésus recentre bien la question en invitant un enfant, c'est-à-dire quelqu’un qui est en croissance, qui est curieux de tout, ouvert à tout.

Il appelle à vivre à leur manière,

Il appelle aussi à vivre à la manière de la Trinité,

Dans une vie de communion, de partage, de don de soi, dans une vie d’amour.

Le mot ENSEMBLE est important pour désigner le mode de relation de la trinité.

Le mot ENSEMBLE est important pour désigner le mode de relation de la vie en Eglise

Le mot ENSEMBLE est aussi important pour désigner le mode de relation pour la vie de toute société.

L’homme est appelé à une vie communautaire,

Et il a donc à se débarasser de ses premiers instincts qui le poussent à l’enfermement, à l’égocentrisme, à la violence.

La bonne attitude de l’homme croyant en Jésus-Christ, et même l’attitude de tout homme

n’est pas d’être à la violence,

au conflit,

N’est pas à la jalousie,

A l’orgueil

Mais bien au contraire

A la paix,

A la concorde,

A la communion,

A la joie partagée,

A l’humilité.

si les chrétiens, les personnes de bonne volonté s’engagent dans ces voies, alors la table de la charité, de la fraternité sera bien dressée…

nous sommes responsables, chacun, à notre niveau, de la bonne harmonie du monde, de l’Eglise.

Le Christ, par sa mort et sa résurrection, nous appelle à transformer notre vie et celle de nos frères,

Il nous appelle à accueillir, à bâtir un monde nouveau.

Ensemble, dressons cette table  de l’amitié, de la fraternité, de la charité, dressons la table de la vie.

Approchons nous toujours et encore de la table de la Parole de vie

Approchons nous toujours et encore de la table du pain de vie.

Laissons-nous rejoindre par le mystère de Pâques,

Laissons-nous transformer par la mort et la résurrection du Christ au cœur de nos vies.

Que ce Christ, par sa Parole, son pain, son appel à la fraternité, nous conduise à l’unité, à l’accueil de la différence et de la diversité,

Qu’il nous conduise au bonheur, à la joie et à la vie. Amen.

Posté par abjc à 12:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur homélie du 25ème dimanche du temps ordinaire année B

Nouveau commentaire