03 octobre 2009

homélie du 27ème dimanche du temps ordinaire année B

L’Eglise nous donne à entendre, à prier, à méditer des textes de la Bible que nous connaissons un peu, que nous retrouvons souvent lors des célébrations de mariage à l’église.

Le Christ, dans son enseignement donné,

veut se montrer le compagnon pour le couple,

pour un homme et une femme qui se disent OUI

pour cheminer ensemble, comme mari et femme,

aux yeux de Dieu, aux yeux de la communauté ecclésiale et aux yeux de la communauté civile.

Il se montre comme celui qui est le lien entre deux personnes qui s’aiment et qui veulent passer toute l’existence ensemble.

Le Christ veut aider les couples qui veulent établir un foyer, une cellule familiale pour toute la vie.

Le mariage chrétien repose sur ce que l’on appelle les 4 piliers. Je les rappelle briévement :

Un couple qui reçoit le sacrement de mariage s’engage en toute liberté,

Promet de vivre dans la fidélité de corps et d’esprit ;

Dans le désir de faire naître, grandir la vie, déjà entre eux deux, mais aussi avec des enfants ;

Le projet de vie commune se fait pour toute la vie terrestre, dans un lien si fort que rien ne pourra le défaire, de manière indissoluble.

Dans le mariage se joue quelque chose du mystère de Dieu,

Du mystère de l’alliance.

Cette alliance, c’est tout le projet de Dieu pour les hommes.

Dieu, par son fils Jésus Christ, dans sa naissance, sa vie, sa mort et sa résurrection, Dieu veut se faire proche, compagnon de toute l’humanité.

Le Christ, son Eglise, c’est à dire l’ensemble des chrétiens sont des compagnons des joies et des souffrances des hommes et des femmes.

Le Christ, son Eglise, l’ensemble des chrétien se font compagnons de la naissance à la mort, lors des passages importants de l’existence, à travers les âges de la vie.

Alors que survient la perte d’un être cher,

La séparation d’un couple,

La perte d’un emploi,

Alors que se profile une naissance,

Une réussite dans un projet,

Des retrouvailles,

Le Christ, est là, ouvrant ses bras mis en croix, pour accueillir, pour porter, pour supporter ces peines et ces joies.

Il les présente à son Père pour qu’il réconforte les cœurs et permette à tout homme, toute femme, tout jeune de continuer l’existence dans la paix.

La croix est le symbole de cette alliance qui unit le ciel et la terre, l’alliance de Dieu avec l’humanité, et l’alliance de l’humanité entre elle.

Ainsi, l’union d’un homme et d’une femme nous rappelle ce mystère de l’alliance de Dieu avec la création, avec l’humanité.

Cette alliance est renouvelée en chaque eucharistie, que nous célébrons plus particulièrement tous les dimanches.

Par le Christ, dans l’alliance nouvelle et éternelle qui se manifeste dans l’eucharistie, nous sommes renouvelés, transformés, pacifiés, rendus meilleurs.

L’union d’un homme et d’une femme nous rappelle aussi que nous avons besoin de vivre réunis les uns avec les autres, nous soutenant, nous épaulant,

Nous avons besoin de vivre en communauté humaine, fraternelle.

A quoi cela sert donc de se critiquer l’un l’autre, de porter un jugement sévère sur notre prochain ?

Le Christ appelle à l’unité du genre humain,

Et en particulier entre chrétiens.

Le christ appelle tous les croyants et les hommes de bonne volonté à la sainteté. Nous allons nous  le rappeler dans la fête de la Toussaint d’ici quelques semaines.

Le Christ appelle à l’amour, à la charité.

Cet appel est normalement relayé par les chrétiens.

Sommes-nous signes de l’amour ?

Sommes-nous signes d’unité ?

Sommes-nous signes de l’alliance ?

A l’invitation du psaume, que le Seigneur nous bénisse tous les jours de notre vie !

Passons notre existence à faire le bien, à vivre sur des chemins d’unité, de paix, d’amour.

Ne désunissons pas ce que Dieu veut unir !

Ne détruisons pas son projet !

Ne détruisons pas non plus le projet de l’Eglise qui est de conduire toute l’humanité vers le Christ, vers lui seul et vers personne d’autre,

Ce projet de l’Eglise qui est de devenir compagne

d’une humanité qui se porte bien

mais aussi une humanité qui souffre, qui se cherche, qui attend le vrai bonheur.

Soyons de vrais enfants d’un même Père,

Réunis dans une même famille humaine et spirituelle.

Comme les époux chrétiens, vivons dans la fidélité les uns avec les autres,

Puissent nos engagements être pris et assumés librement et en pleine conscience,

Puissions-nous être porteurs de vie, féconds les uns envers les autres,

Puissions-nous vivre dans l’amour véritable tout au long de notre chemin commun jusqu’au jour du grand passage.

Soyons des témoins de l’alliance,

Du pardon, de la paix les uns envers les autres,

Pour la gloire de Dieu et pour la salut de toute l’humanité.

Amen.

Posté par abjc à 14:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur homélie du 27ème dimanche du temps ordinaire année B

Nouveau commentaire