19 septembre 2009

homélie du 22ème dimanche du temps ordinaire année B

Nous avons chanté comme antienne pour le psaume de ce 22ème dimanche du temps ordinaire : «  tu es proche, Seigneur, fais nous vivre avec toi »

Oui, le seigneur est proche, il veut sans cesse se rapprocher de nous…

Tantôt nous savons l’accueillir, écouter sa parole…

Tantôt, nous avons plus de mal à le suivre, à adhérer à sa proposition d’alliance…

Ce n’est pas toujours facile de suivre à 100% jésus Christ…

Ce qu’il dit peut être rude…

Il demande sans cesse de revenir à l’essentiel, de transformer notre cœur et notre manière d’etre, d’agir, de parler.

Jésus nous appelle à sortir de nous même et à aller de l’avant.,

Il nous appelle à agir en vérité,

A nous tourner vers les autres,

A toujours porter une parole bonne, agréable, constructive.

C’est la grande critique que Jésus adresse aux juifs de son époque, les scribes et les pharisiens en particulier.

Ils pensent avoir la vérité,

Croient que ce qu’ils font est bon, plait à Dieu.

Mais leurs pratiques sociales ou religieuses ne correspondent pas à ce que demande vraiment la Torah, à la loi de Dieu.

Il y a une distorsion entre la théorie et la pratique.

Jésus met le doigt sur le grand débat de la pureté et de l’impureté.

On pourrait dire aussi la tension entre ce qui est bon  et ce qui est mauvais,

Ce qui est vrai et ce qui est faux.

Les scribes et les pharisiens se pensent du côté des purs,

Et les autres qui ne suivent pas le même chemin sont les pécheurs.

Les scribes et les pharisiens, tout en pratiquant les ablutions rituelles,

Se disaient purs, bons, marchant dans la vérité.

Mais à côté de cela, se permettent de lancer des paroles blessantes, d’agir, de critiquer…

Jésus vient renverser cette logique, et ouvrir à d’autres horizons et recentrer, réajuster la question.

Ce qui est premier, c’est l’amour… l’amour des personnes avant l’amour de la loi et des pratiques…

Ce qui est premier, c’est la bienveillance entre les personnes…

La loi et les pratiques, les rites sont au service de la communion entre les personnes.

Ils sont au service du rassemblement, de la bonne harmonie au sein d’un même groupe.

Les lois, les pratiques, les rites nous renvoient à quelque chose qui nous dépassent et favorisent l’union entre les personnes.

La manière pure et irréprochable de se relier à Dieu, de pratiquer la religion, c’est de venir en aide aux plus malheureux et d’avoir une parole et un agir bienveillant au milieu du monde. C’est ce que nous dit saint jacques, dans l’extrait entendu ce matin.

Cette attitude des pharisiens et des scribes… quelquepart, parfois, c’est la nôtre…

Nous nous croyons être des purs, de bonnes personnes, qui font tout bien, qui ont la  vérité, qui sont mieux que les autres…

Mais Jésus nous interpelle aussi aujourd’hui…

Quel est le sens de la religion pour nous ?

Est-ce pour nous faire plaisir, pour nous mettre en valeur aux yeux de Dieu et/ou aux yeux de nos contemporains ?

Est-ce un moyen pour faire passer nos idées ? quelle est la place alors de la parole qui vient de Dieu et de l’Eglise alors ?

La religion est souvent motif de discordes… alors qu’elle est là pour rassembler, pour relier, c’est l’origine du mot d’ailleurs.

Relier à Dieu mais aussi relier les hommes entre eux.

On ne peut pas se fabriquer sa religion, sinon, cela devient une secte…

Et le moteur principal d’une religion c’est l’amour…

L’amour de Dieu et des personnes.

Au service de cette religion, il y a des rites, des pratiques, mais qui ne sont qu’au service du bien commun, au service de la communion entre les croyants afin que tous se tournent les uns vers les autres et vers Dieu.

Jésus nous appelle à nous mettre au service du prochain, à l’aimer…

Et à ne plus nous enfermer dans la critique mutuelle et fréquente,

Il nous appelle à nous envisager, plutôt qu’à nous dévisager…

Nous n’avons pas tous les mêmes sensibilités ecclésiales…

Il y a des choix pastoraux réfléchis et mis en oeuvre…

Et c’est tant mieux…

L’Eglise est belle car elle est composée de toutes ses sensibilités, de plusieurs initiatives pastorales…

Une paroisse, une Eglise diocésaine est composée de plusieurs personnes, groupes aux charismes différents…

Chacun a sa pierre à apporter pour la construction de la même Eglise.

Chacun est membre du même corps ecclésial.

Tous les croyants,

et leur manière de vivre leur foi, de mettre en pratique l’Evangile

sont complémentaires,

Pourvu qu’ils se retrouvent et dialoguent.

Oui, qu’ils puissent se retrouver et dialoguer « pour la gloire de Dieu et le salut du monde »…

Oui, qu’ils puissent se retrouver et dialoguer dans un bon esprit, un esprit de solidarité, d’amour, de communion,

Tendant vers un même but : vivre et annoncer l’Evangile.

Cette année, acceptons nos différences,

Cherchons ce qui nous rassemble plutôt que ce qui nous divise ;

Ne nous jugeons plus, pour ne plus être jugés,

Ne critiquons plus gratuitement,

Essayons de comprendre l’histoire de chacun,

Essayons de nous accueilllir les uns les autres avec bienveillance en vue de la communion fraternelle,

Essayons de chercher ensemble la vérité et non pas la faire subir parce que nous pensons l’avoir.

Ayons des paroles bienveillantes les uns avec les autres.

Soyons signes de l’amour…ce même amour qui existe dans le cœur de Dieu, père, fils, et esprit saint.

Puissions-nous être icône, image de la vie d’amour en Dieu…

En nous rencontrant, puissent nos contemporains dire de nous :

« Voyez comme ils s’aiment et comment ils aiment Dieu et ils aiment leur prochain, comment ils agissent en vérité et de manière juste… »

c’est un défi pour moi, pour vous, pour nous…

un défi lancé par Jésus, en raison de sa Bonne Nouvelle.

« tu es proche, Seigneur, fais nous vivre avec toi. »

Tu te fais proche parce que nous tu aimes,

Tu te fais tout proche, tu veux venir en nous dans le pain qui devient ton propre corps.

Puisse ce pain transformer notre cœur et nous rendre bienveillant,

Nous rendre aimant et aimable les uns avec les autres.

Amen.

Posté par abjc à 12:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur homélie du 22ème dimanche du temps ordinaire année B

Nouveau commentaire